Microkinésithérapie

La Microkinésithérapie est une thérapie très peu connue en France, discrète mais d’une Efficacité Incroyable…

Je vous invite à voir cette interview en vidéo pour découvrir cette thérapie qui permet au corps de relancer son mécanisme d’auto-guérison.

Je suis en présence de Céline Gautier, Microkinésithérapeute à Mauguio dans l’Hérault. On va parler aujourd’hui de la Microkinésithérapie.

  • Virginie Reichard : Céline, comment en es-tu venue à la Microkinésithérapie ?

Céline Gautier : j’ai à la base une formation de kinésithérapeute, je suis kiné depuis 2004, et je me suis formée à la microkinésithérapie par la suite, j’ai été diplômée il y a bientôt 7 ans. Je suis venue à la microkinésithérapie pour avoir une technique complémentaire à la kinésithérapie traditionnelle, et ainsi avoir de meilleurs résultats si possible à mon cabinet et aujourd’hui je ne pratique plus que la microkinésithérapie, donc mon activité est devenue complètement non-conventionnée.

  • Virginie Reichard : Peux-tu nous expliquer ce qu’est la Microkinésithérapie ?

Céline Gautier : Microkinésithérapie, comme son nom l’indique : micro pour petit / kiné pour mouvement / thérapie pour soin, c’est le soin par le petit mouvement. Au quotidien, notre organisme est soumis à des agressions venant de l’extérieur, qu’elles soient d’origine virales, environnementales, traumatiques ou émotionnelles. Face à ces agressions, l’organisme est conçu pour réagir c’est à dire qu’il est capable de créer une immunité face au virus, les plaies se cicatrisent, les os se consolident et les chocs émotionnels sont normalement évacués. Mais parfois le choc est trop fort ou il arrive à un mauvais moment dans notre vie (en période de stress par exemple) et il laisse une trace dans nos tissus, comme une cicatrice. C’est pour cela que l’on parle de mémoire tissulaire. Le principe de la microkinésithérapie c’est de retrouver la trace de ces cicatrices et surtout les remettre en lien avec la cause initiale de façon à ce que l’organisme arrive à relancer son mécanisme d’auto-réparation naturel. Il s’agit donc d’un principe de stimulation, afin de relancer l’organisme.

  • Virginie Reichard : Combien de temps durent une séance ?

Céline Gautier : En général, une séance dure entre 30 et 45 minutes. Elle commence par un entretien avec le patient qui explique les symptômes pour lesquels il vient. C’est une technique qui se pratique « habillé », il s’agit simplement de ressentir les rythmes vitaux de l’organisme, de ressentir une mobilité du tissu. Si c’est figé, donc s’il n’y a plus de rythme c’est qu’il y a une cicatrice sous nos mains.

  • Virginie Reichard : Pour quel type de pathologie les patients peuvent-ils venir consulter en Microkinésithérapie ?

Céline Gautier : C’est très varié, puisque le principe est de chercher tout ce que l’organisme a capté comme agressions. Ces agressions peuvent être traumatiques donc les personnes viennent pour des douleurs physiques comme des lombalgies, des tendinites. Ça peut être aussi des migraines, des colites.

Et on peut avoir également des agressions environnementales comme par exemple les toxiques, les polluants, tous les problèmes liés aux ondes, ce qui peut entraîner des allergies alimentaires, de l’eczéma et autres problèmes de peau. Concernant les chocs émotionnels il peut y avoir des problèmes de sommeil, d’anxiété.

Dans ce métier, nous suivons beaucoup d’enfants, dès le 1er âge pour des problèmes de régurgitations et de coliques, et pour les plus grands, il s’agit plutôt de problèmes scolaires comme des difficultés de concentration et quelques fois de comportement aussi.

 

  • Virginie Reichard : Pour des troubles du sommeil par exemple, est-il possible de consulter en microkinésithérapie.

Céline Gautier : Tout à fait, la microkinésithérapie est très efficace dans les troubles du sommeil. L’intérêt de la microkinésithérapie est que bien souvent une seule séance suffit puisque dès qu’on a retrouvé la trace de l’agression ou des agressions qui ont crée ce trouble du sommeil, on relance l’organisme qui va arriver à corriger cette cicatrice et donc le symptôme qui en découle, parfois en quelques heures seulement, ça peut aller jusqu’à 3 semaines, en fonction du mécanisme de verrou qu’avait mis le corps. Dans tous les cas, on ne revoit jamais le patient avant 3 semaines.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en tant que microkiné, on signe une charte dans laquelle on s’engage à ne pas voir le patient pour le même symptôme plus de 3 fois. Au-delà de ces 3 séances, il faut savoir dire que l’on n’a pas su trouver la cicatrice responsable du problème, soit le corps n’est plus en mesure de s’auto-réparer, il est déjà passé dans un système trop avancé, une autre étape, et on n’est pas là pour « vendre du rêve ! ». A ce moment-là on redirige vers une autre sorte de thérapie, il s’agit d’une médecine complémentaire, on est efficace dans bien des cas, et bien souvent en une seule séance, mais on est des professionnels de santé et on sait dire quand on ne sait pas guérir le patient.

  • Virginie Reichard : Donc, la micro-kinésithérapie est une médecine complémentaire à la médecine traditionnelle, et les patients ne doivent pas suspendre leur traitement.

Céline Gautier : La microkinésithérapie étant encore très peu connue, les patients nous consultent généralement en dernier recours, ils ont donc déjà des traitements en cours depuis un certain temps. Notre action est avant tout complémentaire, on essaie d’améliorer le problème mais il arrive assez souvent que l’on puisse diminuer les traitements, voire même les supprimer, mais toujours en accord avec le médecin, et après avoir vu le patient au moins une deuxième fois (surtout pour les pathologies chroniques).
Ce qu’il faut comprendre, c’est que le corps a un fonctionnement merveilleux, mais il fait parfois fausse route ou il installe des mécanismes de protection. Lorsqu’il y a une cicatrice pathogène, on dit que le corps n’a pas reconnu l’agression, ou qu’il n’a pas pu lancer son système d’auto-guérison (période de stress), ou encore qu’il n’a pas voulu (période où il gère quelque chose de plus grave par exemple). Par la microkinésithérapie, on cherche à comprendre pourquoi l’organisme a dysfonctionné et à le remettre sur la voie de la guérison.

  • Virginie Reichard : En tant que thérapeute en microkinésithérapie, pouvez-vous trouver les causes des symptômes pour lesquels les patients viennent vous consulter ?

Céline Gautier : Oui, le patient n’est généralement pas capable de savoir pourquoi il a déclenché telle douleur ou telle maladie. Pour arriver à relancer le mécanisme d’auto-guérison, nous devons retrouver la cause ; par une lecture spécifique, la palpation, on cherche dans quel tissu le rythme s’est verrouillé (tissu muqueux, nerveux, musculaire…), ou si c’est un problème d’hérédité. Après avoir retrouvé la trace de l’agression, le problème se corrige entre nos mains, et on compte le nombre de secondes que le corps met pour évacuer cette agression. Ce nombre correspond aux nombre d’années depuis lequel l’organisme a verrouillé ce problème, on est ainsi capable de dater les blocages.
Chaque thérapeute a sa méthode, et certains préfèrent ne pas dater, le corps réagit de la même manière, c’est à dire en relançant sa propre auto-guérison.

  • Virginie Reichard : Donc les causes ne sont pas forcément verbalisées, c’est selon les thérapeutes…

Céline Gautier : Exactement, mais les résultats sont tout aussi efficaces. Ainsi, on peut l’appliquer aussi aux animaux, nul besoin de verbaliser !

  • Virginie Reichard : Quelles sont les origines de la micro-kinésithérapie ?

Céline Gautier : C’est une technique qui a maintenant plus de trente ans, mise en place par deux kiné/ostéopathes français : Daniel Grosjean et Patrice Bénini. Ils ont à l’époque relié leurs connaissances en ostéopathie aux connaissances en embryologie et en philogénèse. La microkinésithérapie est aujourd’hui enseignée en France mais aussi à l’étranger dans de nombreux pays, mais uniquement à des professionnels de santé (kinésithérapeutes ou médecins).

  • Virginie Reichard : Cette thérapie est-elle reconnue en France ?

Céline Gautier : Depuis 30 ans la microkinésithérapie a subi de nombreuses évaluations scientifiques, notamment en milieu hospitalier, qui lui ont permis d’être validée. Malgré cela, l’ordre des kinésithérapeutes se montre un petit peu réservé à notre égard et nous demande de faire d’autres évaluations scientifiques qui devront être publiées au niveau international. Il faut savoir que la microkinésithérapie est enseignée en faculté de médecine en Pologne ; il est possible que dans quelques mois en France cette thérapie soit entièrement reconnue, afin que les pays au moins européens aient tous la même validation pour un équilibre au niveau de la santé. Etant d’origine française, il est dommage que cette discipline ne soit pas justement valorisée en France, alors qu’elle connaît un grand succès dans d’autres pays comme le Brésil.

  • Virginie Reichard : Peut-être s’agit-il aussi d’un manque d’informations et de communication afin de mieux comprendre ce qu’est la microkinésithérapie.
    Comment peut-on trouver un thérapeute ?

Céline Gautier :  Il suffit d’aller sur internet sur le site officiel de la microkinésithérapie (ACDM) dans l’onglet « trouver un thérapeute en France ». On y trouve la liste des départements et des thérapeutes, sachant que tous ces thérapeutes sont certifiés et ont signé la charte, à savoir que nous sommes des professionnels de santé et que nous nous engageons à trouver une solution aux symptômes et savoir dire quand notre technique a ses limites.

Site pour retrouver la liste des professionnels de santé formés à cette thérapie : acdmicrokinesitherapie.fr

  • Virginie Reichard : Céline, peux-tu nous dire si cette technique a changé quelque chose dans ta vie depuis que tu la pratiques dans ton cabinet ?

Céline Gautier : Oui, elle a changé ma vie professionnelle puisque aujourd’hui, cela fait bientôt 3 ans que j’ai ouvert un cabinet de micro-kinésithérapie. Je suis installée à Montpellier et j’évolue vers un centre de micro-kinésithérapie où on se regroupe à plusieurs car il y a une forte demande, c’est un vrai plaisir car c’est uniquement grâce au « bouche à oreille », donc par nos résultat que nous nous sommes fait connaître. Ça a donc modifié ma pratique quotidienne et je suis depuis 1 an 1/2 dans la formation, je suis enseignante en micro-kinésithérapie, je gère les stages de Montpellier et c’est un grand bonheur également de pouvoir transmettre cette passion. Etant devenue une passion, ça a aussi changé ma vie personnelle, car cela me prend énormément de temps, que ce soit pour l’enseignement en lui-même ou les interviews et conférences.

Conclusion : 

La microkinésithérapie est une thérapie manuelle complémentaire à la Médecine Traditionnelle, c’est une thérapie qui permet au corps de relancer ses mécanismes naturels d’auto-guérison.

Elle peut être utilisée aussi bien en Préventif pour corriger toutes les agressions que le corps n’a pas su évacuer seul. Ou alors en Curatif lorsque le corps passe en phase de douleur ou de pathologie.

Avez-vous déjà eu recours à cette thérapie? Si oui, faites nous en part dans les commentaires juste en-dessous de cet article ou de la vidéo.

A votre Santé,

Virginie REICHARD.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Incoming search terms:

  • microkinesitherapie changement de vie
  • microkinésithérapie et nouvelle vie

4 COMMENTS

  1. Je confirme ! cette thérapie donne des résultats surprenants y compris pour des symptômes pour lesquels la médecine orthodoxe ne propose que les médicaments. Par exemple le syndrome des jambes sans repos… (vécu)

    • Bonsoir Adrien,
      Merci pour votre commentaire.La Microkinésithérapie est une thérapie très efficace, elle peut traiter beaucoup de symptômes mais elle reste une thérapie manuelle complémentaire à la médecine. Parfois, il est vrai qu’elle nous permet parfois d’éviter de prendre des médicaments.
      Virginie.

  2. Bonjour,ma fille a un énorme manque de confiance qui l’amène souvent a des crises de panique…la micro kiné peut elle l’aider? Merci

    • Bonjour Pascaline,

      Oui le micro-kinésithérapie est une thérapie douce qui peut traiter beaucoup de symptômes comme le manque de confiance en soi. C’est qu’il y a forcément un blocage émotionnel ou autre caché derrière ce mal être. N’hésitez pas à consulter un micro-kinésithérapeute prés de chez vous en consultant le site pur trouver un thérapeute près de chez vous.

      Virginie.

Laisser un commentaire